Cours du 12 octobre 2013

Ce samedi, afin d’amener doucement les plus jeunes vers le saut, et de travailler calmement sur un parcours avec les plus confirmés , je vais proposer de travailler sur une épreuve Caprilli.
Une épreuve Caprilli est donc une reprise qui comporte du dressage et du saut. Le travail du cavalier réside dans le maintien et le contrôle du cheval, la régularité de la cadence. Le cheval, lui, travaille sa souplesse et son impulsion.
Voici donc le parcours tel qu’il sera monté.

caprilli

Et la reprise en détail :
1 – entrée en A au pas de travail
En X arrêt, immobilité et salut
Rompre au trot moyen assis
En C piste à main droite
2 – Changer de main M-K au trot allongé enlevé
En K trot moyen assis
3 – Sauter au trot l’obstacle 2
Arrivé au grand côté, piste à main gauche au trot assis
4 – En B arrêt, reculer 4 pas, repartir au trot moyen assis
5 – Doubler après B et sauter l’obstacle 3
En arrivant au grand côté piste à main droite
Après H avant le coin départ au galop à droite
6 – de M à F, galop allongé
En F, galop moyen
7 – Passé A, doubler et sauter l’obstacle 4
En arrivant au petit côté : trot moyen assis
8 – Demi-volte autour de l’obstacle 1
Après M et avant le coin, départ au galop à gauche
9 – De H à K galop allongé
En K galop moyen
10- Passé A, doubler et passer l’obstacle 1.
En arrivant au petit côté, trot moyen assis et piste à main gauche
11- Passé H, doubler et passer l’obstacle 3 au trot.
En arrivant au grand côté, piste à main droite
12– Au trot, après F doubler et sauter l’obstacle 2.
Arrivé au grand côté piste à main droite
13- Doubler en E
En X doubler vers C
En G arrêt, immobilité et salut.

Pour ceux qui veulent se lancer des challenges, voici la façon de coter les reprises :
Erreurs et ommissions
1ère fois : 2 points
2ème fois : 4 points
3ème fois : 6 points
4ème fois : élimination
Fautes d’obstacle
Renversé : 2 points
Refus ou dérobé : 4 points
Chute du cavalier : 6 points
3ème désobéissance sur le même obstacle : élimination

Nous allons, évidemment, commencer en douceur, mais en finalité, avec un cheval et un cavalier entraînés, on devrait arriver sur les hauteurs suivantes :
Obstacles 2 et 3, à prendre au trot : droits de +/- 85cm
Obstacles 1 et 4, à prendre au galop : oxers de +/- 1m05 de haut sur 1m10 de large …

Nous n’y sommes pas, mais le travail, la patience et la témérité mènent à tout !

L’incurvation

incurvé

L’incurvation est le ploiement latéral du cheval autour de la jambe intérieure du cavalier.
Si le cheval est correctement incurvé, il va s’infléchir sur le cercle, sa colonne vertébrale va épouser la courbe du cercle.
« Il est aussi difficile d’avoir un cheval parfaitement droit que parfaitement incurvé ! »
Pourquoi ? La réponse se trouve dans l’anatomie même du cheval. Alors que toute la zone comprise entre la nuque et le garrot est très souple, la zone de la cage thoracique est, elle, très rigide et donc on retrouve très souvent des chevaux très (trop ?) incurvés de l’encolure, mais avec des hanches qui chassent vers l’extérieur ; ou au contraire des croupes en dedans du cercle.
Premièrement, il faut se mettre en tête que le niveau de ploiement dépendra de chaque cheval et de son anatomie propre. Un cheval ne se plie pas par la force ni en enfonçant un éperon dans son flanc : il se pliera certes, mais en étant contracté. Ce qui n’est absolument pas le but.
Une incurvation doit se faire dans un réel équilibre cheval/cavalier et avec une bonne répartition du poids.
Les aides à l’incurvation sont les suivantes
• Amenez la rêne intérieure légèrement vers le bas et l’intérieur puis vers le garrot du cheval mais sans le franchir. Cette rêne place, infléchit mais ne tire pas.
• La rêne extérieure contrôle le pli. Laissez donc la rêne extérieure s’allonger de quelques centimètres afin de permettre à l’encolure de s’étirer sur son côté extérieur. Mais n’avancez pas votre main afin de garder le rassemblé.
• La jambe intérieure reste à la sangle et on agit quelques fractions de secondes à chaque fois que se présente une contraction ou une raideur du côté intérieur.
• La jambe extérieure recule pour contrôler les hanches et les empêcher de fuir sur l’extérieur.
Le cheval doit donc venir s’enrouler autour de votre jambe intérieure, en gardant cependant un équilibre qui va l’empêcher de se coucher sur la courbe.
Pensez à toujours bien faire l’exercice aux deux mains, en inversant à chaque fois correctement les aides.