Pourquoi travailler la ligne du dos?

Le dos du cheval est comme un pont suspendu entre les antérieurs et les postérieurs. On s’imagine donc bien l’importance de maintenir la musculature et la tonicité de cette ligne du dos et des abdominaux qui vont permettre de garder un dos soutenu.

En effet, un cheval qui ne tend pas sa ligne du dos sera concave : le dos creux, l’encolure renversée, les postérieurs ne pourront donc pas s’engager sous la masse.

Le cheval n’avance donc pas, ou peu, ou, au contraire va se précipiter. Quoi qu’il en soit, ces façons de se déplacer ne sont pas confortables pour lui et peuvent en devenir douloureuses, si on prend en compte le fait que les épines dorsales peuvent en venir à se toucher.

 

Ce qu’il faudrait faire alors :

Avant toute chose, comme toujours, on commencera par une bonne détente, où on va assouplir le cheval et surtout le délier, le mettre bien en avant, travailler des cercles, des voltes, des 8 de chiffres …

Sur une remise au pas, avec des mains fixes

Début d’apparté : pour rappel, les mains se déplacent, mais ne bougent pas!! Et si, il y a une différence : Les mains se déplacent pour diriger, vers la droit, la gauche … mais ne bougent pas c’est à dire qu’elles restent toujours dans une « boîte » s’étendant du devant du pommeau jusqu’à la hauteur du nombril. Pas de mains qui montent et qui descendent … Fin d’apparté.

Un couloir de rênes ajusté et fixe, on va maintenir le cheval droit, et en avant, en ne se servant que de son assiette et de l’aide de jambes.

On ne visera au début qu’une remontée de nuque, avec une réelle propulsion . Le cheval doit engager sous sa masse.

Seulement quand le cheval aura remonté sa nuque, et toujours en propulsant l’arrière-main sous la masse, on pourra alors, en jouant sur les doigt, demander une descente du chanfrein, mais en veillant à garder la cadence.

Si le cheval ralentit, on reprend dès le départ : impulsion, descente de nuque, descente de chanfrein.

Muscler et tendre la ligne du dos est un travail contant, pour lequel il faut être calme, rigoureux, léger et très, très, très patient!

Quand ce sera acquis au pas, il faudra alors le travailler au trot et au galop.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s