La serpentine

serpentine_3

serpentine_4

Quel qu’en soit le nombre, la serpentine est faite, par définition, de boucles puisqu’elle est composée d’une succession de demi-cercles s’inversant à chaque passage à la ligne du milieu (A-C).

Je vois pourtant bon nombre de cavalier longer la piste à certains moments, ce qui ne doit pas arriver pourtant. On « touche » la piste, mais on ne la longe pas.

Les serpentines mettent à l’épreuve la finesse de la coordination des aides chez le cavalier, la souplesse et l’équilibre chez le cheval.

Plus le nombre de boucles est important, plus l’incurvation est importante et difficile.

Cette difficulté va croissante également en fonction de l’allure.

On commence une serpentine en A ou en C et elle se termine respectivement en C ou en A.

On enchaîne les courbes et donc de sens d’incurvation à chaque passage dans la ligne A-C. Il faut donc inverser les aides à chaque fois, et les cercles doivent être égaux et réguliers, l’allure constante, le cheval droit et cadencé.

 

Il faut veiller à ce que le cheval s’incurve de tout son corps et ne se contente pas de plier l’encolure. Le pli part du garrot jusqu’à la queue.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s