Les mains

Les mains

« Les rênes sont comme un instrument de musique. Les rênes sont un piano, une harpe … On pianote sur les rênes, on caresse les rênes, on joue avec les rênes, on fait vibrer les rênes … selon la façon dont on appuiera le geste, la demande sera différente … »

Pour d’Orgeix, en aucun cas, il ne faut avoir la main fermée sur la rêne. Les rênes seront tenues entre le pouce et l’index (car il faut quand même qu’elles soient tenues), le reste des doigts pouvant se mouvoir librement. Cela laisse de cette façon une amplitude de +/- 15 cm à la demande.
Le « prendre et laisser » se résumera de cette façon à une simple rotation du poignet, les doigts venant glisser sur la rêne.

Les épaules doivent être souples, le haut du bras doit tomber naturellement le long du corps. En effet, une épaule tendue bloque le biceps, ce qui rend tout mouvement brusque et saccadé et se termine par une traction. Et aucune traction n’amène un bon mouvement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s